Accueil  »  Déplacements transfrontaliers  »  La latitude des autorités étrangères

Déplacements transfrontaliers

La latitude des autorités étrangères

Tout d’abord, il est primordial de comprendre le pouvoir décisionnel absolu que détient un pays sur les entrées des étrangers. Chaque pays a le plein droit d’accepter ou de refuser l’accès d’un individu sur son territoire, sans aucune justification. L’entrée dans un pays n’est pas un droit. C’est un privilège. Ainsi, en dépit du fait qu’une personne remplit tous les critères d’entrée d’un pays, il est possible qu’elle ne puisse y mettre les pieds, sur la seule décision d’un agent d’immigration.

Quant à ceux qui ont reçu leur suspension du casier judiciaire de la Commission des libérations conditionnelles du Canada, ils ne pourront signaler cette obtention aux autorités des pays étrangers, car ils n’en reconnaissent pas la validité. La portée de la suspension du casier se limite effectivement qu’au territoire canadien.

 

Table des matières de la section